La greffe en fente

La greffe en fente est la plus pratiquée parce que la plus simple à réaliser.
C'est aussi la plus traumatisante pour le porte-greffe et il vaut mieux l'éviter.
Si toutefois vous y tenez, parce que c'était celle que pratiquait votre grand-père :

Toujours l'effectuer au vent dominant. La résistance à l'arrachement est plus grande si le vent pousse le greffon vers l'axe du porte-greffe.
Elle se pratique en mars-avril, avant la floraison.

Fendre le porte-greffe avec une serpette de taille adaptée en tapotant avec le maillet.
Introduire un coin dans la fente, pour la maintenir écartée, avant de retirer la lame.

Tailler le greffon en biseau et l'introduire dans la fente en ayant soin de mettre les cambiums en contact.

Ligaturer fermement avec de l'élastique à greffer et couper le greffon au dessus du troisième oeil.

Pour éviter le déssèchement des parties vives, les enduire copieusement de cire à greffer à chaud ou de mastic, jusque sous l'élastique. Ne pas oublier l'extrémité du greffon. Pour les petits sujets greffés avant plantation, le travail sur table facilite les opérations.
.